Pascal Robaglia : un homme d’affaire passionné par l’art

Par   avril 23, 2019

Pascal Robaglia est né en 1995, dans la métropole parisienne.  Le jeune homme a grandit dans un milieu aisé, mais il a pu faire ses études dans l’unes des plus prestigieuses écoles de commerce de Paris, à Dijon. Il n’a pas fait défaut à sa chance puisqu’il a toujours su prendre les bonnes initiatives. Avant d’être diplômé, il a eu l’occasion de monter la Junior-Entreprise de son institut. Il le dirige quelques années et réussi à se faire repérer par de grandes boîtes dans lesquelles il a passé ses stages. Il a beaucoup voyagé lors de ses premières expériences professionnelles et a visité de nombreux pays.

Pascal Robaglia et l’art

Pascal Robaglia a fait ses débuts dans l’univers de l’art il n’y a pas très longtemps, en 1991. D’abord, il s’est contenté d’apprécier les beaux tableaux et objets d’art qu’il avait eu l’occasion de voir dans les expositions. Mais il quittait son emploi et aspirait ouvrir sa propre galerie d’art avec sa femme. Celle-ci disposant d’une expérience enrichissante au sein d’une agence publicitaire. Ils unissent leur force et se choisissent une Maison du Vésinet. Il y habitait avec toute sa famille tout en s’en servant comme une galerie. De là est né le concept de l’ « art à la maison ». On y trouvait des peintures, des sculptures et des objets d’art authentiques qui dataient d’époques différentes. Venait s’ajouter à la collection, les tableaux dont Pascal Robaglia a hérité de sa tante, celle de qui il a hérité sa passion pour la peinture. La galerie qui était une entreprise familiale a connue un succès fou tant au niveau national qu’international. Les œuvres étaient présentés dans le monde entier : Canada, USA, Dubaï, Chine.

Un galeriste et un artiste en même temps

En plus d’être un sportif récompensé plusieurs fois pour ses exploits en alpinisme et en plongée sous-marine, Pascal Robaglia est aussi un artiste. Il dispose d’un goût inégalé pour les objets d’art, lui permettant toujours de s’assurer une vente à succès. D’ailleurs, petit anecdote, lors de l’ouverture de sa galerie, il a réussi à vendre à son tout premier visiteur. Le succès ne s’est pas arrêté pendant environ une quinzaine d’année. Ils ont réalisé un gros chiffre d’affaire jamais vu de 3 millions d’euros. Cependant, la concurrence très rude et sa séparation avec sa femme ont fait que la galerie a due fermer ses portes en 2005.